Publié dans REUNION

BALLADES AVEC FREEDOM RADIO

Mon séjour à la Réunion aura été quelque peu perturbé par la météo. C’est le risque du voyage ! Il faut faire avec. J’aurais souhaité passer encore plus de temps dans les cirques. OK, j’ai pu visiter assez largement MAFATE. Je ne me suis pas rendu à Cilaos : trop de risque de ne pas pouvoir rentrer après m’y être rendu avec les éboulements et blocages de route. Mais grâce à Freedom Radio, vous savez tout ce qui se passe sur les routes… ou ailleurs (petit topo en fin d’article !) !

Hell-Bourg et le Cirque de Salazie

dav
Eglise de Salazie

En revanche, je me suis rendu à deux reprises dans celui de Salazie, avec la visite du petit village de Hell-Bourg et de son musée de la musique. Hell-Bourg, aux accents bien créoles, est le point de départ de nombreuses randonnées dans Salazie. C’est aussi un des points de départ pour le Piton des Neige. Pendant mon séjour, un homme a d’ailleurs disparu sur ce chemin. En même temps, il était parti randonner au plus fort du cyclone ! Donc moi, je me suis arrêté dans le village avec une petite ballade à pieds afin d’avoir un aperçu sur les cases créoles et sur les montagnes et vallées alentours. Hell-Bourg a le label Plus beau village de France ! Ca a également été l’occasion de boire une petite bière avec des Lorientais de passage Christophe et Marine. A Hell-Bourg, il est également possible de visiter le musée de la musique de l’océan Indien. Ce musée m’a laissé sur ma faim, non pas qu’il soit mal fait ou mal conçu… mais pour la faible place consacrée aux musiques réunionnaises. La musique malgache ou indienne est intéressante mais nous sommes à la Réunion, non ?

 

Les plages de l’Ouest

On dit souvent que la Réunion n’est pas fameuse pour ses plages. Ce n’est pas rai. Elle dispose de très belles plages, peut-être pas comme d’autres îles voisines. A l’ouest, il est possible de nager dans le lagon, de voir quelques poissons de Némo. Je me suis baigné à la plage de l’Ermitage . C’est quand même bien agréable, sous cette chaleur. Plus au sud, j’ai voulu aller à la plage de l’Etang Salé. Heureusement que Freedom Radio était là ! L’eau venait d’être évacuée car un nageur avait vu un requin bouledogue ! Vrai ou faux, on ne le saura pas, mais on ne rigole pas avec ces requins …

Et puis, le petit apéro coucher de soleil à la Bodega à la Saline… Ca a de la gueule ! N’est-ce pas Elodie ?

Le musée de Villèle

Un peu sur les hauteurs, le musée de Villèle est excellent pour comprendre un passé peu glorieux de l’histoire française et réunionnaise : l’esclavage. Le guide Patrick, haut en couleur, nous a fait une visite d’une heure et demie, avec explications biens détaillées. C’est en fait l’ancienne demeure de Madame Desbassayns, propriétaire terrien et esclavagiste. En soit, la demeure n’a rien d’exceptionnelle au niveau architecture mais la qualité mais la qualité du guide en fait une visite à prix modique super intéressante !

St Pierre, le Sud et la Saga du Rhum !

J’ai pu faire un tour à St Pierre, et à son marché du samedi matin. Ca sent bon la vanille, les jus de fruits frais sont juste une tuerie. Et puis, la petite ballade à la plage derrière est bien sympa aussi. J’ai continué mon petit tour dans le sud par la visite du musée La Saga du Rhum. L’entrée n’est pas donnée. La visite qui s’en suit est quand même très bien, avec la petite dégustation qui va bien à la fin !

IMG_20180317_125822.jpg

La route des Laves !

Pas de bol pour voir les coulées de laves sur le Piton, le temps est hyper chargé. J’aurai juste pu voir la petite église de Notre Dame des Laves de Sainte Rose, épargné par la lave même si cette dernière l’a complètement entourée. Allez, ce n’est pas bien grave, ce n’est pas comme si je n’avais pu ces coulées du haut du volcan !

IMG_20180314_114936 (1).jpg

Pour se guider à la Réunion : Radio Freedom

Cette radio, c’est juste l’allu !!! Ne critiquez pas Radio Freedom devant un Réunionnais ! Que diable… A Radio Freedom, c’est libre antenne. Ca veut dire qu’on sait tout avant les pompiers (en cas d’accident, en appelle freedom avant les pompiers), avant les gendarmes (en cas de disparition d’une personne, on appelle Freedom avant les gendarmes). S’il pleut et que vous vous faites éclaboussez par une voiture qui passe dans la rue, et bien on appelle Freedom ! Francky vous écoute… Il ne vous répond pas car il n’y a pas de réponse à donner. Il dit « Ah bon !!! ». A 20H00 le soir, c’est Chaleurs Tropicales : on appelle pour trouver l’Amour ! C’est assez drôle quand même… Point positif : vous savez tout sur les embouteillages, sur les blocages de routes en cas d’intempéries.

Publié dans Non classé, REUNION

VACANCES EN TOUR DU MONDE

Allez, je suis un peu en vacances, ici, à la Réunion… Je vous entends d’ici !

– « En vacances, euh , ça fait 7 mois que tu y es… »

C’est un peu vrai mais pas tout à fait… En vacances, tu te laisses aller, tu profites de ton bel hôtel, tu fais quelques excursions, tu réalises ton programme de 15 jours que tu as préparé depuis plusieurs mois.

Sur du voyage au long court, c’est quand même bien différent. Tu n’as pas le même budget qu’en vacances ou alors tu tiens deux mois tout au plus, tu ne dors pas dans ta belle chambre vue sur mer (quoi que… c’est arrivé). Tu as un budget de 30 euros par jour tout compris avec économie obligatoire sur la bouffe (l’Amérique du Sud est cool pour ça, car tu manges pour 2-3 euros., ou moins encore… avec risque éventuel de turista mais ça, c’est le jeu !). Les hôtels, ou les hostels, sont en général d’un confort minimaliste, avec lit en dortoir et eau chaude aléatoire … ou pas car il n’y en a pas. Donc, en journée, on n’y reste pas et on trouve toujours quelques chose à faire… On ne s’arrête jamais en fait !

lits.jpg

Les transports, c’est en général le bus… avec des niveaux très disparates (les moins : Guatemala, à 80 dans un bus pour 20 places + les poules + les marchandises … les plus : Pérou… on a l’impression de prendre l’avion , avec un confort +++, de la place pour étaler les pieds), avec toujours le radar vigilance activé dans n’importe quelle situation !

chic.jpg

Les bus servent également souvent de dortoir ! Ben oui : tu voyages dans ton hostel… économique.

Dans tous les pays traversés, le programme est sans cesse chamboulé par la météo, les nouveaux plans que t’ont filés des gens croisés en chemin, le bus en retard… Et c’est ce qui fait le charme au fond d’un tel voyage ! Enfin, c’est parfois aussi de l’appréhension : l’appréhension d’arriver seul dans des villes où on t’as dit de ne pas te balader après 18h00, sauf que ton bus est en retard, qu’il est 21h00, que t’as oublié de télécharger ta carte pour aller à ton hébergement, que le chauffeur de taxi essaie de t’arnaquer, et qu’au final tu fais ce qu’il ne faut pas faire en allant tout seul avec ton sac à pied à travers la ville jusqu’à ton hôtel …

images.jpg

Donc je ne vais pas vous le cacher, j’étais bien content de me « poser » à la Réunion. Imaginez : il y a quelqu’un qui m’attend à l’aéroport, une tête connue ! C’est mon cousin Gwéno. Avec Mag, sa femme, ils m’ont même libéré la chambre d’une des filles… Là, c’est trop le luxe ! Y’a même une machine à laver, du PQ dans les toilettes ! Si je vous jure… Je ne parle pas de la piscine bien entendu, ni de la superbe vue sur la mer de la maison … Les vacances !!!

IMG_20180308_195951.jpg

La joyeuse troupe ! Quel accueil !!!

Le première semaine, je n’ai pas fait grand chose, seulement une randonnée de deux jours (une cinquantaine de km quand même). Ensuite, durant le week-end, le cyclone  Dumazile est passé à moins de 200 km des cotes, nous empêchant de sortir… sauf pour le repas chez le vice-procureur et la vice-présidente du tribunal de Saint Denis, des gens bien pompeux, comme leur titre l’indique… mais nan, je déconne ! C’est même carrément l’inverse. Ensuite, j’aurais quand même bien crapahuté. Mais, globalement j’aurais bien profité de mon séjour ici, différemment d’ailleurs, c’est certain ! Rythme plus à la cool … Et ça fait du bien aussi !

IMG_20180312_165056.jpg

 

Les vacances en tour du monde … Le cadre s’y prête bien …

Publié dans REUNION

LE PITON DE LA FOURNAISE

J’aurais bien pu intituler cet article « J’ai marché sur Mars ! ». J’ai conservé l’authentique car le terme mythique de Piton de la Fournaise m’emporte ! J’avais vu des irruptions de la Bête à la TV car il s’agit bien d’un des volcans les plus actifs actuellement (dernière éruption en juillet 2017).

La veille de  l’ascension, j’ai rejoint le gîte au pieds du volcan. Evidemment je suis arrivé trop tard pour le repas du soir. C’est dommage, car l’ambiance dans ces gîtes est généralement très sympa, propice aux belles rencontres. On m’a tout de même préparé un sandwich avant que je ne rejoigne mon dortoir à 21H30. Et là, shut… tout le monde dort. Et oui, pour les plus téméraires, c’est un départ à 3H00 pour aller admirer le lever du soleil du haut du volcan, sur l’Océan Indien. Pour moi, ça sera réveil à 3H45 ! L’avantage de dormir en gîte, c’est que le lendemain on ne peut pas de se débiner !

IMG_20180308_061537.jpg

Très honnêtement, je m’attendais à pire ascension. Les conditions sont relativement bonnes. Il fait beau, le vent fait parfois vaciller. On m’avais parler d’un terrain difficile. Là encore, c’est une ascension sur des pierres, mais ce n’est pas du sable volcanique comme j’avais pu le voir sur le volcan Acatanengo  au Guatemala. Je crois que l’ascension est programmée normalement en trois heures. J’ais mis deux petites heures pour monter. Ca va ! Vu  que je suis encore parti un peu tard, je n’ai pas vu le levée du soleil au sommet mais sur la crête, ce qui est très bien aussi.

Les volcans m’impressionnent toujours autant. Le piton n’est pas actuellement en forte activité, quoi que les sismologue parlent d’un regain d’activité. Le cratère du Piton de la Fournaise est juste impressionnant, avec les fumeroles au fond du cratère. De là-haut, on se croirait sur Mars, avec plein de petits cratères, des paysages mêlant roches rouges et brunes, sans végétation. Les coulées de lave des précédentes éruptions sot comme des dessins sur les flancs du volcan et se jettent littéralement dans l’Océan Indien, tout en bas. Encore du Grand Art, de la part de Dame Nature ! En redescendant, j’observe les cavités crées par la lave. Il y a beaucoup plus de monde à monter vers 7H00 qu’à 4H00 du matin. Bande de fainéants … Nan mais ohhh !!!!

A 9H00, j’ai fini mon tour ! Je prends le temps donc de m’arrêter à la Cité du Volcan, petit musée très bien fait sur l’activité volcanique sur l’Ile de la Réunion.

Vous l’avez compris, l’ascension du Volcan (comme on dit ici) est bien un incontournable de l’Ile de la Réunion !

IMG_20180308_064153_1.jpg

Publié dans Non classé, REUNION

MAFATE SOUS TOUTES LES COULEURS

La galère ce début d’année à la Réunion ! Il a beaucoup plu… et il continue de pleuvoir. Imaginez, à certains endroits, le cumul des précipitations a déjà atteint 3 000 mm en deux mois et demi. A titre de comparaison, Brest c’est plutôt 1 100 à 1 200 mm sur l’année. Et ici, les terrains ne sont pas stables, engendrant des éboulis permanents, coupant les routes et isolant les populations pendant parfois plusieurs jours. Pas grave ! j’ai appris pendant le voyage que quelque soit le temps, un pays a plein de chose à offrir… peut-être pas ce qu’on avait prévu… et alors…

Pour commencer, je voudrais repréciser ce qu’est un cirque… car sans ça, comprendre les activités à la réunion est un peu compromis. La Réunion est un île récente à l’échelle géologique, issue de deux volcans à l’origine qui ont créé deux îles qui se sont regroupées. La pluie, l’érosion a conduit à des effondrements de cratères, qui ont créés des cirques, aux reliefs escarpés. Les types de  végétations sont très différents suivant l’orientation, l’altitude. Les sommets « accrochent » littéralement les nuages, ce qui fait que d’une vallée à l’autre, la météo peut être radicalement différente, ce qui rend bien entendu difficile toute prévision pour les randonnées.

LE CIRQUE DE MAFATE

J’en ai fait les frais, lors de ma première randonnée. J’ai jeté mon dévolu sur le site de La Roche Ecrite. Ce sommet culmine à 2276 mètres, dominant le Cirque de Mafate et de Salazie. J’ai effectué la montée en deux jours. Le premier jour, départ de Saint Denis pour rejoindre le Gîte de la Roche Ecrite, situé à encore deux heure de marche du sommet. Le premier jour, c’est près de 1800 mètres de dénivelé positif ! Sur la première partie en forêt, jusqu’au Brulé, les fous de la diagonales me doublent, enfilant les montées en courant en guise d’entraînement (pour ceux qui ne connaissent pas, la Diagonales des Fous est un trail de 160 km qui traverse l’Ile de la Réunion, avec 10 000 mètres de dénivelé positif ! Mon cousin a fait la Bourbon, la course qui ne fait « que » 110 km…).

Du Brûlé au gîte, en passant par Mamode Camp, j’espère observé ce petit oiseau endémique le Tuit Tuit… il ne reste que quelques couples J’aurais la chance d’en voir un ! Enfin, je crois…

IMG_20180301_125929.jpg

Les sentier glisse et je me dit qu’il est plus que temps que j’abandonne mes chaussures qui voyagent avec moi depuis le début mais qui n’ont plus de crampons sous les semelles… snif… Les conditions sont quand même très moyennes… La preuve : je suis seule sur le sentier et serai le seul occupant du gîte.

L’objectif pour le lendemain est le levé du soleil sur la Roche Ecrite, avec un réveil à 4H00 afin d’atteindre le sommet à 6H00. A 4H00, on voit la lune, les étoiles brillent, le ciel est dégagé… P… je vais me régaler là-haut… à 5H00, il y a des nuages qui arrivent : « ça va être encore plus beau avec le levé de soleil, avec ces quelques nuages qui agrémenteront la vue ». A 5h30, je suis dans un fucking fog (brouilard), on ne voit rien si ce n’est les quelques coup de peintures au sol indiquant le chemin. Bon, je continue, ça va bien finir par se lever car normalement, le ciel est censé se boucher plus tard ! Non… Ce n’est pas pour aujourd’hui. Arrivé au sommet, je ne vois absolument rien, j’ai froid (vu le temps au départ, je ne me suis pas couvert ! quelle andouille…). C’est toujours un peu frustrant mais je me rassure en me disant que des compagnons de voyage n’ont pas pu voir le Machu Pichu ou encore la Montagne des 7 couleurs après une rando jusqu’à 5200 mètres. Pour l’instant, j’ai toujours eu de la veine… Pas là… Ca fait partie du jeu …

Au retour vers 8H00, je croise des trailers qui viennent de l’autre côté « Dos d’Ane ». Il paraît que la vue est dégagée pour le coup. C’est parti pour un relief où ça monte et ça descend, passant par des forêts, des crêtes avec une superbe vue sur le cirque de Mafate que je peux apprécier pour la première fois. C’est la Grande Classe de la nature. De ces crêtes vertigineuses, on a une vue de fou sur cette vallée toute verte, avec des cascades dans le fond, de petits chemins qu’on devine parfois et qui permettent d’accéder à pieds aux quelques villages. En face, le Grand Bénare ! Il paraît qu’on y accède assez facilement… Ca sera ma prochaine destination pour apprécier Mafate d’un autre angle.

IMG_20180302_115055.jpg

Le Grand Bénare… Facilement, facilement… je veux bien moi. De loin ça paraît plat… de près c’est une autre histoire. D’abord, c’est encore un réveil à 4h du matin pour aller au lever du soleil à Maïdo. Finalement, je trainerai un peu et arriverai juste après le lever du soleil… Mais ce n’est pas grave, c’était beau quand même ! S’en suit la remontée de la crête. Heureusement qu’on a de beaux points de vue, car je dois dire que la montée est assez monotone, répétitive et creuvante. Il n’y a que des roches volcaniques et les genoux en prennent un coup. J’ai rencontré un couple métropolitain, récemment installé ici, avec qui j’ai fait la montée. Ca passe plus vite. L’arrivée au somme est somptueuse avec d’un côté une vue extra sur le cirque de Mafate, de l’autre un bel aperçu du Cirque de Cilaos. Vincent, le gars rencontré, m’explique les possibilités de circuit dans Mafate. Ca fait envie, d’aller explorer ce Cirque de l’intérieur.

 

Ca ne sera pas pour aujourd’hui, car je ne sais pas pourquoi, j’ai eu envie de continuer ma marche cette fois vers le Petit Bénare. Le chemin longe l’une des Crètes du Cirque de Cilaos cette fois. C’est moins impressionnant, mais ça reste très haut sur mon échelle de « Beau ». Au final, j’ai marché 32 km sur cette journée, pris quelques coups de soleils, malgré la crème indice 50. Et j’ai eu une superbe vue sur la Roche Ecrite, que je n’avais pas vu d’en haut …

Pour en finir avec Mafate, j’ai eu envie d’aller dedans, tout en bas ! C’est donc partie pour une rando de deux jours avec nuit en gîte. Soyons clair ! J’en ai pris plein la vue… Que c’est beau ! Et pour le coup, c’est de la vraie rando avec traversée des rivière à gué, eau jusqu’aux cuissent, tout type de terrain et de relief… des paysages à couper le souffle avec une mention spéciale pour le site des trois roches… simplement féérique. Allez, on se le fait en photo ?

IMG_20180310_093610.jpg