Publié dans INDONESIE, Non classé

PLONGEE A BUNAKEN

Le point final de mon escapade en Sulawesi : 2 plongées à Bunaken. Certains diront qu’il s’agit d’un des plus beau spots de plongée au monde compte tenu de la biodiversité rencontrée. L’île en soit n’est pas extraordinaire comme peuvent l’être les Iles Togians. On y vient pour plonger essentiellement, les possibilités de snorkeling sont également multiples !

C’est assez surprenant car à quelques mètres du rivage, c’est comme si la terre s’enfonçait d’un coup dans un abîme d’un bleu « couleur Grand Bleu ». Sur ses tombants, une vie aquatique riche s’est installé. Beaucoup de gens viennet ii pour de la photo d’ailleurs. Il y a un tas de petits spécimens que mon petit niveau ne me permet pas encore de reconnaître. Pour ma part, je suis toujours aussi émerveillé devant une tortue… et ici il y en a des quantités. J’ai  vu pas de nudibranches, un ou deux hypocampes, un crabe orang outan avec plein de poils. Malheureusement, mon appareil ne prend des photos que jusqu’à 14 mètres alors que nous étions à 20 mètres environs. Quelques clichés quand même !

Superbes plongées en tout cas dans un paradis assez facilement accessible cette fois (avion de Singapour à Manado).

Publié dans INDONESIE

LE MARCHE DE TOMOHON

A une trentaine de kilomètres au sud de Manado, la petite ville de Tomohon est perchée au pieds de volcans. Elle est connue pour ses rando et ses activités de plein air qui se développent, ainsi que pour son marché assez… comment dire… enfin voilà quoi… un marché avec tout ce qui peut se manger par ici. Le temps n’étant pas de la partie, je me suis limité au marché. Beaucoup de vendeurs avaient remballés.

Potentiellement, ça peut remuer les tripes. Ici, tout se mange ! Boas énormes, chauves souris avec ou sans ailes, chiens, singes (je ne les ai pas vu). Bon, c’est assez rude quand même. Quelques photos pour les plus téméraires.

Toujours sur pieds ???

Toujours aussi surprenante cette Sulawesi !!!

Publié dans INDONESIE, Non classé

LES GREMLINS DU PARC TANGKOKO

Suite aux fabuleux moments sur les Iles Togians, j’ai rejoins le continent (ou plutôt l’Ile principale), cette fois sur la péninsule du nord. Le transport a du duré cette fois 22 heures mêlant barque de pêcheur (j’ai cru que j’allais y rester d’ailleurs), ferry, voiture et re-voiture. Me voilà donc arrivé à Manado, ville sans grand intérêt, assez sale. Ses alentours, par contre, regorge de curiosités : juste en face, Bunaken et ses superbes tombants pour les amateurs de plongée, le marché de Tomohon et ses volcans aux lacs sulfureux (je ne suis allé qu’au marché, la météo ne m’a pas permis de me lancer dans de la rando), et enfin, le parc Tangkoko, où vivent entre autres bestioles, les fameux tarsiers, sorte de petits grimlins aux grands yeux.

Ces tarsiers sont les plus petits primates au monde. Leurs yeux sont fixes. Ils ont donc développé la capacité de tourner la tête quasiment à 360°. Ils ont des demi-frères vivant aux Philippines. Ceux que j’ai rencontrés sont endémiques de Sulawesi. Leur population n’est pas en danger sauf si… la déforestation lié à l’exploitation d’huile de palme se poursuit !

Pour atteindre le parc, j’a du parcourir 35 km en 3 heures, quelque chose comme ça. De la gare routière, j’ai pris un premier bus qui attend d’être complètement plein avant de partir, puis un microlet (petite fourgonnette bleue d’un autre âge) et enfin une sorte de jeep avec des bancs dans la remorque. A mon hôtel, je trouve un guide pour la visite que je veux faire le lemdemain. Nous partirons à 4 heures et demi du matin. Les tarsiers sont des animaux nocturnes !

Allez, mon guide… ce n’était pas la panacée. Il fait le taf, mais pas trop quand même. Coup de chance, nous tombons sur des biologistes en observation. Ils campent près d’un arbre censé être la maison d’une famille de tarsiers. Les petits bêtes vont bientôt rentrés dormir après leur nuit de chasse aux insectes. Bingo, une demi-heure après, on commence à voir des yeux qui brillent. Je ne sais pas comment sils sont arrivés. Ils sont gros les yeux, comparés à la taille de la petite bestiole. Le tarsier n’est au final guère plus grand qu’un hamster. Il ne marche pas, il saute de branche en branche, émettant de petits cris aigus. J’ai tenté quelques photos et là encore, je regrette de ne pas avoir de zoom. Pas grave, les images resteront dans la tête et j’ai réussi à choper quelques spécimens. C’est fou, on reste là comme des gamins, s’émerveillant devant ces petites bêtes… pendant une demi-heure ? une heure peut-être.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tiens des branches qui bougent au sommet des arbres. Ce sont des couscous ! Pas le plat marocain … non… ce sont des marsupiaux de la famille des koalas. Ils sont très durs à voir. Là-haut, ils sont deux, peut-être trois. Ils sont quand même très loin mais je les aurais aperçu quand même. Merci encore les biologistes !

Car avec mon guide dont j’ai oublié le nom, nous continuerons la marche sans voir grand chose. Ce n’est surement pas de sa faute. J’apercevrai quand même le Calao de Sulawesi. J’en avais également vu de loin aux Togians. Enfin, juste avant la fin du trek, on entend à nouveaux du bruit dans les cimes. C’est encore un groupe de Couscous ! Je distingue trois formes de loin. Normalement, dans le parc vivent également les macaques noirs à crête, espèce encore endémique de Sulawesi. Je les verrai, mais sur le terrain de foot, en sortant du parc. Il y a des déchets… ils viennent donc manger !

couscous

C’est le couscous. Photo trouvée sur internet. Auteur inconnu

Car avec mon guide dont j’ai oublié le nom, nous continuerons la marche sans voir grand chose. Ce n’est surement pas de sa faute. J’apercevrai quand même le Calao de Sulawesi. J’en avais également vu de loin aux Togians.

calao

Enfin, juste avant la fin du trek, on entend à nouveaux du bruit dans les cimes. C’est encore un groupe de Couscous ! Je distingue trois formes de loin. Normalement, dans le parc vivent également les macaques noirs à crête, espèce encore endémique de Sulawesi. Je les verrai, mais sur le terrain de foot, en sortant du parc. Il y a des déchets… ils viennent donc manger !

Finalement, une anthropologue américaine, spécialiste des tarsiers, me dira plus tard que ma rando a été assez fructueuse. C’est toujours pareil dans la nature… Les animaux, on les voit… ou pas… Ce n’est pas un zoo !

 

 

Publié dans INDONESIE

ILES TOGIANS : DOSSIER CONFIDENTIEL

Avertissement : cet article pourrait provoquer des troubles comportementaux chez les gens en manque de vacances, de soleil, de plages et d’îles désertes. Il est donc fortement déconseillé de se lancer dans la lecture si vous avez déjà un de ces manques. Pour les autres au boulot… un peu de soleil dans ce monde de brut !

image-drole-martine.jpg

Il y a des endroits qu’on a envie de préserver, tellement c’est beau et pas encore complètement dénaturé. Les Iles Togian en Sulawesi sont difficiles d’accès, c’est sans doute un peu pour ça que les gens ne s’y précipite pas. Les « Resorts » (si on peut dire ainsi), sont dans l’ensemble très basiques. Tiens, ça fait plus de deux semaines que je n’ai pas pris de douche chaude… Donc, ce n’est pas la peine d’y venir trop nombreux !

IMG_20180511_154922.jpg

À Sulawesi, les Iles Togians sont l’Eldorado, le lieu à atteindre, le paradis qui se mérite ! Je vous le confirme, il se mérite… compte tenu des conditions de transports. Je ferai un article sur ce point, tant l’expérience, ou plutôt les expériences sont éprouvantes !

PARADIS NUMBER 1 : POYALISA

 

On est jeudi, pas de ferry public aujourd’hui. C’est d’un donc un speed-boat (bateau rapide) qui me débarque au Resort Poya Lisa à Bomba (c’est le second resort en venant d’Ampana). Il y a 4 autres touristes qui vont un peu plus loin. Je vois sur leur tête une petite frustration à la vue de ma petite île. Pour ma part, j’ai la banane en voyant ce qui se profile : 2 plages paradisiaques en V, des bungalows les pieds dans l’eau ou en hauteur avec une vue de malade ! Je descends… je suis le seul touriste… les autres sont parties plonger. Je choisis un bungalow qui surplombe, qui devrait me permettre d’avoir une vue sympa du balcon pour le coucher du soleil.

 

En plus, la mer est juste en dessous et ils m’ont aménagé un pett plongeoir ! C’est pas beau ? Ce soir, nous serons 9. Deux français, Jérôme et Pascale, que j’ai croisé à plusieurs reprises, nous rejoignent. Ça va, on ne marche pas dessus !

 

En ce qui concerne le programme… c’est toute une organisation… J’installe mon hamac sur mon balcon. En plus, ils ont quelques bouquins en français. Au resort, on peut également louer pour un euro par jour masque et tuba car à 5 mètres du bord, on aperçois déjà les poissons clown (vous savez… Nemo !) et autres poissons de récifs coralliens. Il y a même un petit requin qui traîne dans le coin. De mon balcon, je fais mes premiers sauts dans la mer à 30 degrés. Le midi et le soir, c’est le même rituel : on se rejoint pour manger du poisson frais et du riz… simple mais bon ! Franchement, ça retape après ces journées éreintantes !

P5040587.JPG
Mon pote Rinaldi. Il a 15 ans mais est tout petit !

Certaines journées sont pires que d’autres. Un jour, on a pris le bateau pour une sortie snorkeling (plongée tuba)… 3 spots… poissons en pagaille… coraux en pagaille même si quelques uns ont été bien abîmés par de la pêche à la dynamite. Les étoiles de mer sont bleues…

 

Pour le déjeuner… c’est pause sur une plage déserte pour du poisson au feu de bois. Les warrants (gros lézards de parfois plus d’un mètre) viennent manger les restes de poisson.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au retour, nous faisons un arrêt dans un village Bajau. Les Bajau sont des pêcheurs sédentarisés des îles Togians. Leurs maisons sont souvent sur pilotis. Qu’ils sont sympas ! Même si on ne parle pas la même langue, on sent que les sourires nous disent « bienvenus chez nous ». Cette journée nous a coûté environ 3 euros.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’en ai également profité pour faire une plongé sur les tombants d’un atoll . Whaou ! Il n’y a pas forcément beaucoup de gros poissons… quelques hypocampes (tout petits)… mais une visibilité de ouf qui donne aux coraux, aux poissons des couleurs de tarés !

Côté Prix ? Ben oui… le paradis à un prix ! Alors Bungalow sur les hauteurs + 3 repas par jour : 12 euro par personne et par jour. Ok, la douche est au sceau et à l’eau froide… La bière par contre assez chère à 50 000 ou 60 000 rp (soit entre 3 et 4 euros)

Vous avez vu le coucher du soleil ?

 

Alors, qui dit mieux ?

 

PARADIS NUMBER 2 : SERA BEACH

 

Après 4 jours au Poya Lisa, je décide de filer vers l’île de Malenge. Ça me rapproche pour le ferry pour quitter les Togians. Avec 4 autres personnes, nous filons vers le port de Wakai… puis nous partagerons un bateau indonésien qui nous amène vers Malenge. Les paysages sont splendides ! En route, nous nous arrêtons sur le lac des méduses. C’est un lac d’eau salée ou des millions de méduses vivent pépère, sans prédateurs… du coup, elles n’ont plus de défense et ne piquent plus !

 

Nous arrêtons les deux hollandais à Ala Beach, petit resort à trois chambres tenues par une italienne et son mari indonésien. C’est une référence pour la bouffe ! Ça manque encore de finition mais le spot en en face est une tuerie avec de superbes couleurs !

Pour ma part, je m’arrêterai au Sera Beach. Le complexe est un peu plus grand que le Poya Lisa avec une belle plage de sable. La première soirée, je du voir une vingtaine de sting ray (raie clanche avec quelques point bleus) a quelques mètres du rivages. Et là encore, le snorkeling est « à portée de plage ». Le gérant Nuwir est aux petits soins.

IMG_20180511_174555.jpg
Nuwir sur son bateau

Tu veux une sortie snorkeling ? Nuwir te trouve un bateau en deux temps, trois mouvements et une demi-heure heure après, tu te trouvés sur le super reef 5 et ses tombants, ou encore le reef 4 où j’ai eu la chance de nager avec une eagle ray pendant une quinzaine de minutes. Sinon, le programme est toujours aussi éreintant : hamac, bouquin, baignade, papotage avec les voisins. L’ambiance ici, c’est la convivialité ! C’est français à 60%, allemands à 30% (comme dans un peu toutes les destinations plus roosts).

 

 

A proximité, il y a encore un petit village Bajau. Qu’il est beau ce village  avec son pont de près d’un kilomètre ! Nous avons fait un stop pour acheter des langoustes (qu’on a cuisiné avec Manou ensuite !)… prendre des photos avec les enfants ou les adultes. Ils adorent ça ici ! Franchement, ça se passe de commentaires. Sur la route de retour, il y a une grotte de chauve souris. Elles sont je ne sais pas combien la dedans. Ça pue un peu… beaucoup… mais ça vaut le détour… surtout qu’il est possible d’observer les toucans locaux en soirée !

 

IMG_20180509_154932.jpg

Alors, combien coûte ce paradis number two ? Et bien pour un bungalow sur la plage et les trois repas : 13 euros par jour. Les repas sont copieux, un peu plus travaillés qu’au Poya Lisa, malgré un petit déj est un peu light… Au niveau accueil, Nuwir et son équipe font ça à la bonne franquette. Rien n’est compliqué, tout est simple !

 

 

IMG_20180509_154855.jpg

C’était les Îles Togians ! La barre est haute ce coup-ci… 

IMG_20180512_053804.jpg

Pour finir, je ne peux que vous recommander ces deux endroits. Le premier est top pour son caractère idyllique. Le second est tout aussi bien avec sa belle plage, sa proximité avec de superbes spots de snorkeling et son ambiance ! Et vous pouvez bien faire les deux car il faut bien 8 jours dans ce paradis !

Publié dans INDONESIE

BIENVENUE AU PAYS DES TORAJA

Après quelques semaines en Malaisie, me revoilà mais cette fois en Indonésie.  Vous savez, c’est le pays de Bali, Sumatra, le plus pays peuplé de musulmans au monde. Pourtant,  ce n’est ni à Bali ni à Sumatra ou Java que j’ai posé mon sac, mais sur l’Ile de Sulawesi. C’est joli ce nom, je trouve (un française rencontrée ici m’a dit avoir choisi Sulawesi à cause du nom qu’elle trouvait beau). Cette grande Ile à la forme de pieuvre était jadis appelée ILES CELEBES.

sulawesi

Mon voyage a été un peu… chaotique. Arrivé à l’aéroport de Makassar (après une nuit passé dans une capsule à l’aéroport de Kuala Lumpur), la capitale de l’Ile pas intéressante au passage, il faisait chaud, les gens m’interpellait et comme j’étais mort de fatique, je me sentais agressé…  Bref, je trouve une charmante dame à « Tourism Information », qui me donne les informations pour touristes (logique) pour prendre un  bus que je n’aurais jamais pu trouver seul ! Celui-ci me déposera dans un entrepôt vers 14H00. Mon bus de nuit pour  Rantepao est à 21H00… On est dans une zone où il n’y a clairement rien à faire ! Pas un magasin… rien… que le temps est long ! Le soir enfin venu, je prends mon bus de nuit top du top ! Compagnie Primadona… On est allongé comme dans un lit. J’ai super bien dormi les 6 premières heures. Ensuite, c’était des arrêts tous les 20 minutes, éclairage du bus pleines balles… Bref, j’étais heureux d’arriver enfin, après une nuit passée à l’aéroport, une nuit dans un bus.  C’est ça aussi le voyage !

RANTEPAO ET LE PAYS TOJARA

Rantepao est la capitale du pays Toraja. Quesaco ? Moi qui cherchais paysages, culture et plongée… je peux vous dire que j’ai été servi sur les deux premiers points !

IMG_20180426_121137.jpg
Habitats de la région

Le peuple Toraja est un groupe ethnique de Sulawesi du Sud, avec des traditions bien ancrées. Bien que chrétiens protestants pour bon nombre d’entre-eux, ils ont conservé tous les rites de leur ancienne culture animiste, et notamment toutes les célébrations autour de la mort. Originaire de Chine, l’architecture de leurs habitations Tongkonan est une signature bien particulière, avec des sortes de toit en pointe. Il se dit que la forme de ses maisons proviendrait de la forme des bateaux qui ont amené les ancêtres de Chine à ici !

IMG_20180426_101825.jpg

Bon, à peine le temps d’arriver, tous les guides sont à l’affût. J’ai soit disant de la chance car il y a une cérémonie funéraire tout près. C’est vrai… Normalement, les cérémonies ont davantage lieu au mois de juin-juillet. Je trouve mon guide, mon hôtel et c’est parti !

LES CEREMONIES FUNERAIRES : TRADITIONS ET RESPECTS DU DEFUNT

Vous devriez me dire « Y-a un truc qui déconne, car les gens ne peuvent pas choisir de mourir au mois de juin ou juillet car c’est la période des cérémonies… ».  Pas de problème ! Pour la cérémonie à laquelle j’ai assistée, pépé était mort il y a plus d’un an (ça peut être beaucoup plus). Il est plus ou moins momifié avec un mélange contenant du formol (à ce que j’ai compris). Tant qu’il n’est pas enterré, il est considéré comme « malade ». Il dort donc dans la maison, il est changé, on fait sa toilette… éventuellement mémé dort à côté. On fait comme s’il était vivant en lui donnant à manger et même des cigarettes ! Et ça dure jusqu’à la cérémonie d’enterrement qui est longuement préparée (il faut réunir l’argent, préparer les infrastructures permettant d’accueillir les invités). Tout ça peut durer plus d’un an. J’ai entendu parfois parler de 5 ans !

IMG_20180426_101200.jpg

La sépulture du défunt devant sa maison. Ce qui ressemble à une petite maison au premier plan est juste le toit du corbillard

Et alors la cérémonie… c’est les petits plats dans les grands. Suivant la caste, il peut y avoir plus de 1000 personnes qui passent sur 3-4 jours. Le premier jour, c’est l’installation du défunt au milieu de la coure. Le second, c’est la réception des invités. Ceux-ci arrivent avec des cadeaux : des cigarettes, du sucre (c’était mon cadeau), un cochon, un buffle. J’ai été super bien reçu : thé, gâteaux, repas…

 

Les invités sont également reçus suivant un protocole bien huilé. Les cadeaux remis sont notés (il faudra rendre la pareille !). Ils sont remerciés par un « café-gâteau » et des cigarettes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les cochons arrivent sur le porte bagage de la mobilette, accrochés à des bambous. Ils sont exposés devant la famille, puis tués à peine à l’écart des regards. A peine mort, ils sont vidés, les poils sont brûlés, le sang récupéré dans des tiges de bambou et ils sont découpés. Le défunt aura besoin de manger dans sa seconde vie au paradis, pardi ! Le lendemain, c’est les buffles qui y passent. Ceux-ci ont une grande importance car c’est eux qui conduisent le défunt au paradis. Et si le buffle est un albinos, et bien la route du paradis est encore plus rapide. C’est un BGV (buffle à grande vitesse !). Inutile de vous dire que ces buffles sont vendus très chers dans les foires. La voie royale vers le paradis (le buffle à tête blanche sur la photo!).

Lors de mon passage, j’ai du voir une cinquantaine de cochons tués. Mon guide adorait voir le sang gicler (après 5 cochons, je lui demandé de passer à autre chose ! Je ne suis pas particulièrement sensible, mais y’a des limites !). Un buffle avait été sacrifié avant mon arrivée, j’ai simplement vu son dépeçage. Je n’ai pas assisté à la journée des sacrifices…

Le dernier jour, le défunt est enterré dans des caves souvent creusées dans la pierre. On en trouve partout sur le bord des routes, avec des cadeaux (paquets de cigarettes, bouteilles d’eau…). On ne sait jamais ! Pépé pourrait avoir envie de s’en griller une !

Les enfants… J’en parle ? Bon, je ne sais pas comment est faite leur cérémonie. Toujours est-il qu’ils sont accrochés à des arbres dans des boîtes, ou bien l’arbre est creusé et ils sont déposés à l’intérieur. La croissance de l’arbre permettrait au bébé de grandir pour atteindre le paradis !

IMG_20180427_141159.jpg
On voit deux cavités recouverte de sorte d’épines de sapin. Des bébés ont été mis là…

Vous l’aurez compris, le mort est ici célébré et fêté. C’est assez …sanguinolent… Et en même temps lié à des croyances très anciennes ! Pour les âmes sensibles, mieux vaut s’abstenir… pour les autres, c’est une extraordinaire découverte. D’accord ou pas, je ne me permettrait pas de juger ! Une chose est certaine : le mort est respecté… jusqu’à un point ! Actuellement, de nombreuses infrastructures sont en cours de construction pour des cérémonies de juillet dont une construite sur pilotis !).

IMG_20180426_115614.jpg
Site funéraire avec mégalithes. A gauche, c’est un corbillard utilisé à une seule occasion

LES PAYSAGES DU PAYS TORAJA : WHAOU et REWHAOU !

Ici, je ne sais pas si ce sont les morts ou leurs esprits qui font ça, mais en tous cas, il règne une sacrée zénitude. Les paysages de la campagne sont simplement à couper le souffle, parmi les plus beaux que j’ai pu voir. La population est souriante, avenante. Avec Mathias, un belge, nous avons loué un scooter (4 euros la journée) pour parcourir les campagnes environnantes. On a retrouvé Murielle (la Française qui est à Sulawesi car le nom lui plaisait !) qui faisait son trek. Allez, quelques photos des paysages locaux… du marché … du marché aux buffles ! Demain on y retourne !

Ce diaporama nécessite JavaScript.