Publié dans INDONESIE

NUSA PENIDA

A à peine une heure de bateau de Bali, la nouvelle destination « fashion » est Nusa Penida. Inconnue il y a encore 5 ans (pourtant, l’île n’est pas sortie subitement de la mer…), tout le monde y va. J’avais eu des échos : « tu verras, c’est génial ! », par plusieurs voyageurs rencontrés.

dig
Coucher de soleil à Crystal Bay

Oui, c’est bien… Génial ? Ben, je n’ai pas été subjugué par cette île. Je l’ai trouvée assez sale avec des plastiques partout sur les bords des routes… et beaucoup de feux de plastiques ! C’est une belle destination de plongeurs avec un corail encore préservé, des raies manta et à certaines saisons les fameuses Mola Mola, poissons aux allures préhistoriques, que j’ai déjà eu la chance de voir aux Galapagos. Cette fois, je n’ai pas plongé… J’avais un peu casser la tirelire à Komodo quand même ! J’ai simplement fait une séance de snorkeling pour aller observer les fameuses raies manta.

De bonne heure, à 7H38, je suis à Crystal Bay pour prendre un bateau, pensant être dans les premiers ! Il y a déjà bien du monde… Arrivé sur le site, tu te prends un coup de palme du gars qui veut passer devant toi pour voir la seule raie manta qui fera son apparition ce jour là… Je les comprends les Mantas pour le coup, y’a vraiment trop de monde ! Elle est belle cette raie et restera là pendant deux longues minutes. Dommage encore, la mer est sale, avec beaucoup de plastiques… Quel dommage ! Oups… je n’avais pas mis mon appareil photo sur le bon mode !

 

Le littoral de cette île ne m’a pas particulièrement marqué. Il y a des plages, chacun y va de la construction de son bungalow, sans essayer d’y créer une atmosphère. En revanche, il y a de très beaux coins qui se méritent et qui s’apprécient… tôt le matin ! Sinon, c’est des heures de scooters, sur des routes avec des nids de poules… non ! d’autruches devrais-je dire ! Pas moyen d’avancer car les chinois et japonais qui y viennent pour la journée et le selfie se déplacent en grosse voitures qui ne peuvent pas se croiser… l’horreur ! Et pourtant, les falaises sont magnifiques… des petits airs bretons à certains endroits… des airs normands à d’autres. Je vous laisse découvrir…

J’ai beaucoup circuler sur l’île et à l’intérieur de l’Ile en scooter (location au port, on ne prend pas votre nom, il n’ y a pas d’assurance mais c’est partout comme ça, vous laissez le scooter avant de prendre le bateau du retour sans vérification). Le charme n’a pas opéré. Il y a de beaux paysages, sans doute de très belles plongées à faire. En revanche, je n’ai pas trouvé d’âme, comme j’ai pu le vivre à l’intérieur de Bali.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié dans INDONESIE

BALI, L’ENVOUTANTE !

Le paradoxe du voyage, c’est ça parfois : débarquer à un endroit sans attente particulière, voire peut-être même avec un priori négatif, et en ressortir aussi envoûté que le Pays lui-même ! Et Bali, ça m’a fait ça. Je n’ai pas cherché à comprendre ce qui m’arrivait. J’ai juste vécu les choses… simplement.

dig

Bali, c’est d’abord Denpasar et son aéroport, puis Seminyak et ses allures de villes de Spring Break pour Australien. Ici, tout est très occidentalisé : les resto, les bars… J’ai bien du reprendre 2 kg ! Ca circule de partout, les plages sont bondées de monde… Normalement tout ce que je n’aime pas ! Mais là encore, tout est question de contexte. Lors de mes deux passages, j’ai été logé dans une super Guest House la première fois et la seconde dans à l’hôtel Balinea que je recommande d’ailleurs pour sa tranquillité, l’amabilité de toute l’équipe. J’ai donc passé 4 jours relax à Denpasar… C’est sur que ce n’est pas la ville culturellement la plus intéressante…

Pour ça, il faut se rendre à Ubud, à quelques kilomètres au nord (compter une bonne heure et demi pour les 20 km…). Ici, on rentre dans le Bali, « Ile des Dieux ». Les maisons ont toutes un temple attenant. Les investisseurs ne s’y sont pas trompés. J’ai été déçu de voir que c’était également blindé de touristes ! OK, c’est moins bling-bling… mais quand même. Du coup, tout le monde fait les mêmes tours (je l’ai fait) : cascade, temple de l’éléphant, les rizières… juste pour la photo vite fait et le selfie qui va bien. Allez, on va dire que c’est un aperçu…

Car pour moi, les meilleurs moments ont été lorsque j’ai loué un scooter à 3 euros par jour… et que j’ai commencé à m’enfoncer dans l’Ile. D’un coup, j’ai pris toute la dimension de « Bali, l’Ile des Dieux ». Ici, tout est sacré ! En plus, ma visite se déroulait durant des cérémonies, célébrant pour le coup l’Univers Positif (on ne pourrait pas faire ça chez nous aussi plutôt que de célébrer à longueur de temps l’Univers Négatif, alors qu’on est plutôt bien loti dans ce vaste monde ?). Tout le monde est beau, les sourires sont larges. Je m’arrête, dis un petit bonjour. On ne se comprend pas forcément mais il y a quelque chose qui passe. Durant des deux jours, je ne croise pas un touriste sur les routes, mais seulement des milliers de sourires, des offrandes sur les pas des maisons, des temples qui sont justes, simples… Cette île hindouiste célèbre autant les anciens que la nature. Je n’ai pas chercher à « faire » les choses, je les ai laissées venir à moi. Je n’ai pas assisté aux fameuses danses balinaises, ça sera pour la prochaine fois… peut-être. Par contre, j’ai vécu … un peu de Bali ! Ne me demandez pas où je suis allé… quelques part au nord d’Ubud !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne suis pas resté assez longtemps ici pour pouvoir dire : « j’ai visité Bali ». On va dire que c’était une mise en bouche. Sans aucun doute, j’y reviendrai car Bali est en plus un bon point d’entrée pour d’autres régions de l’Indonésie, pays aux multiples facettes !

Publié dans INDONESIE

JURASSIC KOMODO

 

Je devais partir d’Indonésie… Aller au Sri Lanka… Mais Indonésie, quand tu nous tiens ! Et l’avantage de voyager en solo, c’est qu’on n’a de compte à rendre qu’à soi-même !

Oui, oui, je suis sous le charme de ce pays qui a tant à offrir. Plusieurs voyageurs m’ont parlé de l’Ile de Flores, encore préservée du tourisme de masse. Et puis, là-bas, il y aussi le Parc de Komodo…avec toutes ses curiosités. Et pi et pi… C’est décidé, je finirai mon voyage en Indonésie !

En Asie, on voyage facilement… enfin par les airs pour pas cher… car par la route, je compte toujours une moyenne de 25 km/h. Après un premier saut à Bali (j’y reviendrai), je saute dans un avion pour Labuan Bajo. C’est la ville principale de l’Ile de Flores. Les derniers moments de vol sont simplement sublimes : de petites îles où on devine parfois d’anciens cratères… dans cette mer d’un bleu incroyable ! Ca y est, je survole le Parc Marin de Komodo. Ca promet !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au programme, plongées, dragons de Komodo et visite de l’Ile de Flores. La ville de Labuan Bajo se résume à la mer ! Le potentiel est simplement énorme et les grues ne s’y trompent pas. Je me dis que dans quelques temps, ce littoral risque d’être saccagé à la mode « Bali ». De vieux bateaux, plein de charme , embarquent les touristes pour des croisières snorkeling à la journée ou sur plusieurs jours. Je rencontre un premier couple de français en recherche d’information, un second couple un peu plus tard qui abandonne l’idée de la croisière car trop cher pour eux-deux. Je les mets en contact… Ils ont fait une croisière à 4 ! Merci qui ? Merci Bibi !!! Pour info, c’est le type de croisière à 100 euros pour 3 jours, où on dort sur le pont.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ma part, je rencontre un centre de plongée tenue par des Français. Ils ont eux aussi une croisière plongée qui part pour trois jours. Comme ils démarrent dans ce concept, les prix restent abordables. C’est parti mon kiki ! Le vendredi matin, j’embarque sur un bateau plein de charme pour trois jours inoubliables.

J’ai eu la chance de réaliser des plongées d’exception parmi les raies mantas, ces bestioles qui peuvent faire 7 mètres nageoires ouvertes, nager encore et encore avec tortues, requins à pointes noires, à pointes blanches… voir des poissons ou nudibranches que je n’avais encore jamais vus… de jour… de nuit… Des sites énormissimes avec parfois des courants de fous (qui m’ont d’ailleurs embarqués à une reprise… un peu peur quand même !). Allez, le plus simple, c’est les photos et la petite vidéo de la raie manta. J’ai encore un peu de mal à maîtriser la stabilité avec les courants. On fait ce qu’on peut !

Les raies manta et les photos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P6010287.JPG

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vous le voyez ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Eagle Ray énorme !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Eagle Ray
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La raie Manta de loin

(Dans quelques jours, une petite vidéo d’une des raies Manta observées)

Durant cette croisière, nous ferons escale sur l’île de Rinca, pour observer les varants énormes, dits « Dragons de Komodo ». Des varants, j’en ai vu un certain nombre en Malaisie et en Indonésie… mais pas de cette taille ! La photo qui suit accentue la grandeur, je trouve mais quand même ! Ces lézards peuvent atteindre 3 mètres de long. Ils sont carnivores et ont développé des bactéries symbiotiques (qui vivent « avec ») dans leur salive. Ca leur permet d’attaquer une proie,même énorme, comme un cochon ou  un cerf et d’attendre tranquillement la septicémie de la bête avant de démarrer le festin. Il s’est également déjà essayé à l’homme. Lors de notre visite, nous étions « protégé » par un guide avec un bâton de bois, très rassurant. La plupart des spécimens rencontrés vivaient carrément sous la maison des rangers ! Mais pas le gros…

IMG_20180602_082229_1.jpg

IMG_20180602_082659 (1).jpg

Et le reste de l’Ile de Flores ? Et bien ça sera pour une prochaine fois…J’ai retrouvé Manou, Julien et leurs deux filles, avec qui j’avais passé quelques jours en Sulawesi. Ils m’ont rappelé que les déplacements étaient lents… très lents… et pour la fin du voyage, je n’avais pas envie de me retaper des 12  heures de bus pour aller visiter un village ou grimper un volcan… aussi beaux soient-il. Mais je peux vous dire que le peu que j’ai vu, me donne sacrément envie !

P6020388.JPG
Une partie de l’équipe, avant une plongée de nuit

 

Publié dans INDONESIE

UN P’TIT TOUR CHEZ LES ORANGS OUTANGS DE BUKIT LAWANG

Voyager seul, ça permet parfois de bouleverser son programme très rapidement au gré d’une rencontre, d’un article lu sur un blog ! Bref… suite à la Sulawesi, j’ai décidé finalement de terminer mon voyage… par l’Indonésie (j’y suis, j’y reste !) ! C’est tellement vaste, grand, et il y a tellement de chose à voir ! Parmi celles-ci, il y a les Orang Outangs sur l’Ile de Sumatra. En plus, ce n’est pas loin de Kuala Lumpur, où je dois revenir afin d’avoir le droit à un mois de plus. Bingo.. C’est parti !

Evidemment, mon avion a 5 heures de retard. Je ne suis plus à ça près en Indonésie. J’ai le temps de Contacter Lilix de l’agence BUKITLAWANG TOURS AND TREKKING. Super réactif, il me propose une solution clé en main hôtel + trek de 3 jours + transports de l’aéroport au village. Car la centaine de kilomètres qui séparent Medan à Bukit Lawang s’effectue en … 3-4-5 ou 6 heures parfois ! Les commentaires sont bons sur Tripadvisor. Je ne serai pas déçu de ce choix.

Le village de Bukit Lawang est situé le long d’une rivière. Le vieux village est sur le bas, les logements plus « chics into the jungle » sont un peu plus hauts. Moi, je suis en bas, sur le bord de la rivière au Leuser Sibawak. ici, les enfants du village sautent des ponts suspendus dans la rivière, quelques macaques se baladent au-dessus de nos têtes.

Car juste derrière, c’est la forêt ! Et si les touristes viennent ici, c’est essentiellement pour l’observation des Orangs-outans. Vêtu d’un pantalon long, les chaussettes en guise de guêtres pour éviter les sangsues, c’est parti pour trois jours en compagnie d’un couple d’allemand, Nathalie et Sébastien. A peine une heure après l’entrée dans la jungle, notre guide est au téléphone. Un de ses collègues vient d’apercevoir une femelle avec son petit. Nous sommes juste à côté. Malheureusement, tous les groupes sont juste à côté aussi et c’est un peu la bousculade ! Je la distingue bien et le petit aussi. Ils sont tous les deux dans les arbres. Je ne la trouve pas très farouche. Notre guide nous indique qu’il s’agit d’une femelle de l’ancien centre de réhabilitation des orangs-outangs, donc peu craintive.

Ah… c’est donc ça ! Tout le monde vient donc ici pour voir des orangs-outangs socialisés à l’homme !!! C’est vrai qu’ici, on a beaucoup plus de chance d’en croiser qu’à Ketambe par exemple. Le centre de réhabilitation, fermé aujourd’hui, a permis la ré-introduction d’un certain nombre de femelles notamment qui ont parfois vécu avec l’humain, plus ou moins bien traités, en tant qu’animaux de compagnie. La ré-introduction s’est parfaitement passée, ces femelles ayant eu plusieurs petits avec des mâles totalement sauvages. Néanmoins, elles ont conservé une habitude à l’homme, réclamant par exemple à manger… sous peine d’agressivité. Elles peuvent se débrouiller par ailleurs mais ne sont pas craintives du tout. Elles ont même amenés des mâles sauvages à se rapprocher de l’homme. C’est bien ou pas ? Là encore, je ne juge pas.  Les Orangs-Outangs ne sont pas en danger à Sumatra. Au contraire, certains ont été sauvés et ré-introduits de bonne manière. La majeure partie reste sauvage, et quelques individus sont aujourd’hui « semi-sauvages » compte tenu de leur passé.

Un peu plus loin, un autre coup de fil indique à Idris, notre guide, qu’un mâle est aperçu à proximité. En effet, c’est une boule rousse assez impressionnante. Sa tête est plate. C’est caractéristique des mâles Orangs-outans. Des arbres où ils passent de branche en branche, ils vient faire un tour su le sol. Là encore, un guide lui file un reste de pastèque afin qu’ils n’agressent pas l’humain (rha….). Bon allez, je ne vais pas bouder mon plaisir non plus. C’est King Louie (référence au Livre de la Jungle) celui-là. Un beau bébé ! C’est quand même curieux ces attitudes, qui sont très proches des nôtres : « tu viens ? j’ai préparé l’apéro …). Hormis ça, j’ai essayé de bouger mes pieds dans ma chaussure pour voir si je pouvais m’accrocher aux arbres par les pieds. on va dire que la similitude s’arrête à ce niveau !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma fameuse agence nous gâte. Que c’est bon : des fruits à 11 heures, un nasi-goreng à midi, suivi d’un ananas super goûteux. Nous reprenons notre marche. Idris amène Janpo (son assistant) faire un repérage. Nous sommes sur le territoire de Mina, l’orang-outang sans doute la plus connue du parcs, à cause de son agressivité. Nous ne la verrons pas (du moins, aujourd’hui). En revanche, l’une de ses filles est là… accompagnée d’un jeune mâle inconnu des guides. Elle s’appelle Catherine !Là, la magie opère vraiment. Nous sommes seuls à observer le jeu des ces deux bestioles. Ils ne sautent pas donc le principe est de jouer sur la flexibilité des branches pour passer d’un arbre à l’autre… par les mains… par les pieds. De temps en temps, ils s’arrêtent et nous regardent. C’est drôle, il y a quelque chose qui passe dans le regard. En même temps, nous faisons partie de la même espèce animale. Nous resterons à les suivre pendant peut être une heure et serons le seul groupe à les avoir vu aujourd’hui.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous rejoignons notre premier camp de base. Perso, je suis naze mais content. La rando n’est pas dure en soi mais qu’est-ce qu’on dégouline… les joies de la forêt tropicale. Le camp est situé près d’une rivière. Nous ne sommes pas nombreux car la plupart fait le trek en deux jours et ne passe pas à ce camp. Le confort est … sommaire mais on s’y fait. Un matelas ou plutôt un truc en caoutchouc, de l’anti-moustique et c’est parti pour une bonne nuit de sommeil.

Le lendemain, c’est reparti. Après deux minutes, je suis déjà en nage. Après 30 minutes, c’est trois orang-outangs qui se ballade au-dessus de nos têtes. Ils ne réclament pas de nourriture. Ils vivent leur vie !

IMG_20180524_105906.jpg

A la pause « fruit » du matin, c’est toute la jungle qui se donne RDV : les macaques, les Thomas Leaf Monkeys (drôle d’énergumènes à crètes blanches, endémiques de Sumatra). Chacun veut a part… mais n’aura pas … car nos guides garde les restes au cas où…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au cas où nous croisions Mina, cette femelle agressive ayant causé beaucoup d’accidents. Elle a été élevée en tant qu’animal après que ses propriétaires aient tués sa mère. Elle a été ré-introduite mais reste traumatisée. Aujourd’hui, elle a 41 ans et est 4 fois maman et même grand-mère ! Par contre, lorsqu’elle rencontre un homme, l’unique façon de la contrôler est de lui donner à manger. D’où les restes de fruit. Elle est là avec son petit de trois ans (les petits restent avec la maman jusqu’à 7 ans). La scène là encore est unique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes visiblement chanceux. Les groupes que nous croisons n’ont vu personne aujourd’hui. Et Bingo, au détour d’un autre chemin, nous croisons une autre femelle et son petit. Celle-ci a été également ré-introduite. Elle cherche encore à s’agripper aux bras, sauf que la force d’un Orang-outangs est environ 4 fois celle d’une homme ! Au final, nous aurons pu approcher 13 de nos cousins les plus proches. C’est toujours un super moment …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le soir, nous rejoignons au autre camp. Le site est somptueux. Le bain dans la rivière est juste le bienvenue. Le lendemain, nous aurons le droit à une bonne baignade à la cascade proche, avec massage sous les jets d’eau…. avant le départ pour le village.

Nous avons pour le coup fait du « rafting » dans 4 chambre à air collées et manœuvrées par nos guides. Une belle ballade dans la jungle qui clôture royalement ces trois belles journées !

Contact de Lilix : +62 813 6410 8007

 

Publié dans INDONESIE, Non classé

PLONGEE A BUNAKEN

Le point final de mon escapade en Sulawesi : 2 plongées à Bunaken. Certains diront qu’il s’agit d’un des plus beau spots de plongée au monde compte tenu de la biodiversité rencontrée. L’île en soit n’est pas extraordinaire comme peuvent l’être les Iles Togians. On y vient pour plonger essentiellement, les possibilités de snorkeling sont également multiples !

C’est assez surprenant car à quelques mètres du rivage, c’est comme si la terre s’enfonçait d’un coup dans un abîme d’un bleu « couleur Grand Bleu ». Sur ses tombants, une vie aquatique riche s’est installé. Beaucoup de gens viennet ii pour de la photo d’ailleurs. Il y a un tas de petits spécimens que mon petit niveau ne me permet pas encore de reconnaître. Pour ma part, je suis toujours aussi émerveillé devant une tortue… et ici il y en a des quantités. J’ai  vu pas de nudibranches, un ou deux hypocampes, un crabe orang outan avec plein de poils. Malheureusement, mon appareil ne prend des photos que jusqu’à 14 mètres alors que nous étions à 20 mètres environs. Quelques clichés quand même !

Superbes plongées en tout cas dans un paradis assez facilement accessible cette fois (avion de Singapour à Manado).

Publié dans INDONESIE

LE MARCHE DE TOMOHON

A une trentaine de kilomètres au sud de Manado, la petite ville de Tomohon est perchée au pieds de volcans. Elle est connue pour ses rando et ses activités de plein air qui se développent, ainsi que pour son marché assez… comment dire… enfin voilà quoi… un marché avec tout ce qui peut se manger par ici. Le temps n’étant pas de la partie, je me suis limité au marché. Beaucoup de vendeurs avaient remballés.

Potentiellement, ça peut remuer les tripes. Ici, tout se mange ! Boas énormes, chauves souris avec ou sans ailes, chiens, singes (je ne les ai pas vu). Bon, c’est assez rude quand même. Quelques photos pour les plus téméraires.

Toujours sur pieds ???

Toujours aussi surprenante cette Sulawesi !!!