Publié dans INDONESIE

BIENVENUE AU PAYS DES TORAJA

Après quelques semaines en Malaisie, me revoilà mais cette fois en Indonésie.  Vous savez, c’est le pays de Bali, Sumatra, le plus pays peuplé de musulmans au monde. Pourtant,  ce n’est ni à Bali ni à Sumatra ou Java que j’ai posé mon sac, mais sur l’Ile de Sulawesi. C’est joli ce nom, je trouve (un française rencontrée ici m’a dit avoir choisi Sulawesi à cause du nom qu’elle trouvait beau). Cette grande Ile à la forme de pieuvre était jadis appelée ILES CELEBES.

sulawesi

Mon voyage a été un peu… chaotique. Arrivé à l’aéroport de Makassar (après une nuit passé dans une capsule à l’aéroport de Kuala Lumpur), la capitale de l’Ile pas intéressante au passage, il faisait chaud, les gens m’interpellait et comme j’étais mort de fatique, je me sentais agressé…  Bref, je trouve une charmante dame à « Tourism Information », qui me donne les informations pour touristes (logique) pour prendre un  bus que je n’aurais jamais pu trouver seul ! Celui-ci me déposera dans un entrepôt vers 14H00. Mon bus de nuit pour  Rantepao est à 21H00… On est dans une zone où il n’y a clairement rien à faire ! Pas un magasin… rien… que le temps est long ! Le soir enfin venu, je prends mon bus de nuit top du top ! Compagnie Primadona… On est allongé comme dans un lit. J’ai super bien dormi les 6 premières heures. Ensuite, c’était des arrêts tous les 20 minutes, éclairage du bus pleines balles… Bref, j’étais heureux d’arriver enfin, après une nuit passée à l’aéroport, une nuit dans un bus.  C’est ça aussi le voyage !

RANTEPAO ET LE PAYS TOJARA

Rantepao est la capitale du pays Toraja. Quesaco ? Moi qui cherchais paysages, culture et plongée… je peux vous dire que j’ai été servi sur les deux premiers points !

IMG_20180426_121137.jpg
Habitats de la région

Le peuple Toraja est un groupe ethnique de Sulawesi du Sud, avec des traditions bien ancrées. Bien que chrétiens protestants pour bon nombre d’entre-eux, ils ont conservé tous les rites de leur ancienne culture animiste, et notamment toutes les célébrations autour de la mort. Originaire de Chine, l’architecture de leurs habitations Tongkonan est une signature bien particulière, avec des sortes de toit en pointe. Il se dit que la forme de ses maisons proviendrait de la forme des bateaux qui ont amené les ancêtres de Chine à ici !

IMG_20180426_101825.jpg

Bon, à peine le temps d’arriver, tous les guides sont à l’affût. J’ai soit disant de la chance car il y a une cérémonie funéraire tout près. C’est vrai… Normalement, les cérémonies ont davantage lieu au mois de juin-juillet. Je trouve mon guide, mon hôtel et c’est parti !

LES CEREMONIES FUNERAIRES : TRADITIONS ET RESPECTS DU DEFUNT

Vous devriez me dire « Y-a un truc qui déconne, car les gens ne peuvent pas choisir de mourir au mois de juin ou juillet car c’est la période des cérémonies… ».  Pas de problème ! Pour la cérémonie à laquelle j’ai assistée, pépé était mort il y a plus d’un an (ça peut être beaucoup plus). Il est plus ou moins momifié avec un mélange contenant du formol (à ce que j’ai compris). Tant qu’il n’est pas enterré, il est considéré comme « malade ». Il dort donc dans la maison, il est changé, on fait sa toilette… éventuellement mémé dort à côté. On fait comme s’il était vivant en lui donnant à manger et même des cigarettes ! Et ça dure jusqu’à la cérémonie d’enterrement qui est longuement préparée (il faut réunir l’argent, préparer les infrastructures permettant d’accueillir les invités). Tout ça peut durer plus d’un an. J’ai entendu parfois parler de 5 ans !

IMG_20180426_101200.jpg

La sépulture du défunt devant sa maison. Ce qui ressemble à une petite maison au premier plan est juste le toit du corbillard

Et alors la cérémonie… c’est les petits plats dans les grands. Suivant la caste, il peut y avoir plus de 1000 personnes qui passent sur 3-4 jours. Le premier jour, c’est l’installation du défunt au milieu de la coure. Le second, c’est la réception des invités. Ceux-ci arrivent avec des cadeaux : des cigarettes, du sucre (c’était mon cadeau), un cochon, un buffle. J’ai été super bien reçu : thé, gâteaux, repas…

 

Les invités sont également reçus suivant un protocole bien huilé. Les cadeaux remis sont notés (il faudra rendre la pareille !). Ils sont remerciés par un « café-gâteau » et des cigarettes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les cochons arrivent sur le porte bagage de la mobilette, accrochés à des bambous. Ils sont exposés devant la famille, puis tués à peine à l’écart des regards. A peine mort, ils sont vidés, les poils sont brûlés, le sang récupéré dans des tiges de bambou et ils sont découpés. Le défunt aura besoin de manger dans sa seconde vie au paradis, pardi ! Le lendemain, c’est les buffles qui y passent. Ceux-ci ont une grande importance car c’est eux qui conduisent le défunt au paradis. Et si le buffle est un albinos, et bien la route du paradis est encore plus rapide. C’est un BGV (buffle à grande vitesse !). Inutile de vous dire que ces buffles sont vendus très chers dans les foires. La voie royale vers le paradis (le buffle à tête blanche sur la photo!).

Lors de mon passage, j’ai du voir une cinquantaine de cochons tués. Mon guide adorait voir le sang gicler (après 5 cochons, je lui demandé de passer à autre chose ! Je ne suis pas particulièrement sensible, mais y’a des limites !). Un buffle avait été sacrifié avant mon arrivée, j’ai simplement vu son dépeçage. Je n’ai pas assisté à la journée des sacrifices…

Le dernier jour, le défunt est enterré dans des caves souvent creusées dans la pierre. On en trouve partout sur le bord des routes, avec des cadeaux (paquets de cigarettes, bouteilles d’eau…). On ne sait jamais ! Pépé pourrait avoir envie de s’en griller une !

Les enfants… J’en parle ? Bon, je ne sais pas comment est faite leur cérémonie. Toujours est-il qu’ils sont accrochés à des arbres dans des boîtes, ou bien l’arbre est creusé et ils sont déposés à l’intérieur. La croissance de l’arbre permettrait au bébé de grandir pour atteindre le paradis !

IMG_20180427_141159.jpg
On voit deux cavités recouverte de sorte d’épines de sapin. Des bébés ont été mis là…

Vous l’aurez compris, le mort est ici célébré et fêté. C’est assez …sanguinolent… Et en même temps lié à des croyances très anciennes ! Pour les âmes sensibles, mieux vaut s’abstenir… pour les autres, c’est une extraordinaire découverte. D’accord ou pas, je ne me permettrait pas de juger ! Une chose est certaine : le mort est respecté… jusqu’à un point ! Actuellement, de nombreuses infrastructures sont en cours de construction pour des cérémonies de juillet dont une construite sur pilotis !).

IMG_20180426_115614.jpg
Site funéraire avec mégalithes. A gauche, c’est un corbillard utilisé à une seule occasion

LES PAYSAGES DU PAYS TORAJA : WHAOU et REWHAOU !

Ici, je ne sais pas si ce sont les morts ou leurs esprits qui font ça, mais en tous cas, il règne une sacrée zénitude. Les paysages de la campagne sont simplement à couper le souffle, parmi les plus beaux que j’ai pu voir. La population est souriante, avenante. Avec Mathias, un belge, nous avons loué un scooter (4 euros la journée) pour parcourir les campagnes environnantes. On a retrouvé Murielle (la Française qui est à Sulawesi car le nom lui plaisait !) qui faisait son trek. Allez, quelques photos des paysages locaux… du marché … du marché aux buffles ! Demain on y retourne !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s